Accueil

Depuis plusieurs décennies notre pays évolue dans un contexte socio-économique fragile et précaire. Nous vivons aussi au sein d’une très grande instabilité politique. Nous sommes un peuple désespéré, une jeunesse vulnérable, une nation qui ne peut compter sur ses forces. Mais bien que tout semble dire que nous sommes condamnés à consommer la misère, à vivre des restes de tables des grands, il y a bien des âmes dans lesquelles luisent un rayon d’espoir, des cœurs qui peuvent encore aimer leur patrie et sont prêts à s’investir dans le combat pour le salut commun.

Ainsi, le dimanche 17 Avril 2011, un échantillon de ces jeunes visionnaires, utopistes ont pris la décision de donner jour à un groupe dénommé Haïti Standard Info (HSI) avec comme objectif : « faire la promotion des valeurs didactique, administrative, artistique, commerciale et communicative de l’informatique ». Espérant dans cette perspective pouvoir stimuler le développement, en utilisant les outils des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) comme vecteur.

Vue la conjoncture socio-économique dans laquelle nous avancions, il était extrêmement difficile de respecter nos calendrier de travail et de réaliser les progrès escompter.  Ainsi nous avons faire peu : former quelques personnes en informatique et présenter quelques conférences sur le rôle de TIC dans le développement.

Vers les débuts de l’année 2013, nous avons constaté que notre démarche n’était pas la meilleur, nous avons remis en cause son efficacité et viabilité. Nous avons compris que tous vrais projets de développement doivent  mettre l’homme au sommet, pas les outils technologiques. Il doit prendre en compte l’homme dans son intégralité ; non seulement en tant qu’agent économique (homo economicus), mais aussi en tant qu’être social et spirituel.

De là nous avons commencé à travailler à la conception d’une telle structure. Et, en novembre 2014, soit le dimanche 23, nous avons présenté devant une trentaine de personnes l’idée de créer une communauté fondée sur la confiance, la solidarité et le respect de la personne humaine, tout en utilisant les outils technologiques pour renforcer les liens. Par la suite, après cinq mois de travail, nous avons lancé le mouvement de «Communauté Solidaire », un mouvement basé sur « l’entreprenariat social et solidaire(ESS) » renforcé par l’intégration partielle d’autre concept tels que : « Konbit » et « Système d’échange de proximité ».Sur ce, nous avons formé du 27 avril au 21 juin 2015 environ 25 jeunes, dont 9 ont complété la formation, sur le mouvement « communauté solidaire »

En fait le terme « communauté Solidaire » est utilisé pour désigner : « un ensemble de personnes vivant sur un même territoire géographique  et unis par un pacte d’entraide socio-économique durable. Elle  recherche l’autonomie par le développement des forces productive (ressources humaines)  et la création d’entreprise à non lucrativité individuelle. Elle unit les communautaristes autour d’un système de production contrôlée et une méthode d’échange interne, suivant un principe de développement endogène. »